x
Le site des alternatives énergétiques

Nucléaire japonnais : la machine à désinformer s'emballe

le 14/03/2011 à 08:49:56

Le gouvernement japonnais se veut rassurant mais les études indépendantes révèlent des taux de radioactivité nettement supérieurs à la normale alors que la situation continuait de s'aggraver ce matin sur la centrale Fukushima. Le site de l'association sortir du nucléaire dresse un bilan alarmant après les tentatives répétées du gouvernement de contrôler ce qui semble être une crise nucléaire majeure.

Après un tremblement de terre d'une magnitude de 8,9, les circuits de refroidissement de la centrale Fukushima semblent montrer d'énormes difficultés à continuer leur travail. Alors qu'une première explosion a soufflé le toit du bâtiment abritant les réacteurs 1 et 3, deux nouvelles explosions se sont produites ce matin. Les autorités japonaises se veulent rassurantes. Les fuites radioactives seraient limitées et les habitants évacués en dehors d'un périmètre de sécurité défini ne seront pas affectés par les radiations artificielles. La réalité est toute autre. Des mesures effectuées par des journalistes indépendants dans la mairie de Futaba, situé à 2 km de la centrale, montrent des taux de radioactivité plus de deux fois supérieurs à ceux qui peuvent être enregistrés à 200 mètres de la centrale de Tchernobyl ( 0,1 mSv/h contre 0,04 mSv/h). A l'heure actuelle, un japonais reçoit la dose tolérée par an en France en une heure seulement.

Cela se passe alors qu'Eric Besson, ministre de l'industrie et Nathalie Koscuskio-Morizet, ministre de l'écologie tentent de rassurer la population française dont le pays a récemment renouveler sa confiance dans le nucléaire au détriment des énergies renouvelables. Le premier avait assuré dimanche que les autorités japonaises étaient maîtres de la situation alors que la seconde a répété que les centrales nucléaires françaises étaient bien plus sûres que les nippones.

Dans le même temps, greenpeace révèle que le réacteur n°3 est alimenté en Mox (combustible fabriqué à partir d'uranium appauvri). L'uranium appauvri est à l'origine d'une pollution en métaux lourds longue et irréversible qui affecte notamment le Kosovo suite à l'utilisation massive de munitions construites dans ce matériau.

Mises à jour :

Lors d'un point presse à Bruxelles, la ministre de l'écologie n'a plus éludé la question d'une crise nucléaire majeure et a parlé de catastrophe nucléaire très grave.

Henri Guaino s'est montré confiant dans l'avenir du nucléaire en France lors d'un retour sur les événements au Japon. Il a déclaré sur RTL que cela mettra en avant le savoir-faire français en matière de sécurité pour les centrales nucléaires.



nucléaire , explosion , japon








Ce site à été crée et référencé par l'agence Créaloz
Mentions légales - FreeDigitalPhotos.net